Nouvelles recettes

Le maire Bloomberg cherche à restreindre les gros sodas

Le maire Bloomberg cherche à restreindre les gros sodas


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La ville de New York cherche à interdire les sodas de plus de 16 onces dans les restaurants, les cinémas et plus

La lutte contre les sodas fait rage, avec celui du maire Bloomberg proposition d'interdire la vente de 16 onces et plus Boissons sucrées de la vente à New York.

Et il n'y a pas que les sodas qui prennent la hache — The New York Times rapporte que l'interdiction s'étendrait aux boissons lactées (comme vos friandises remplies de sucre au café glacé), aux sodas diététiques et aux jus de fruits. Les boissons contenant moins de 25 calories par huit onces, c'est-à-dire l'eau vitaminée, seraient acceptables en vertu de la nouvelle décision.

Le plan, qui affecterait les ventes dans les bodegas, les restaurants, les cinémas et même les stades de New York, est le plan le plus ambitieux de Bloomberg pour lutter contre l'obésité. Déjà, Bloomberg a rendu des décisions contre gras trans artificiels dans les restaurants, et les notes de santé exigées par les restaurants doivent être affichées.

La décision doit encore être approuvée par le Board of Health de New York et est susceptible d'être adoptée. Tout en répondant aux critiques qui l'appellent « Mayor Nanny Bloomberg » pour avoir critiqué les choix des consommateurs, Bloomberg a déclaré qu'il ne pensait pas que la nouvelle règle limiterait les consommateurs. (Après tout, il n'y a aucune proposition contre les recharges gratuites.) Il a déclaré dans une interview au NYT : « Votre argument, je suppose, pourrait être qu'il est un peu moins pratique d'avoir à transporter deux verres de 16 onces à votre siège dans le cinéma plutôt qu'un 32 onces... Je ne pense pas que vous puissiez faire valoir que nous enlevons des choses. "

Les lobbyistes des groupes de sodas sont contre la décision ; a déclaré le porte-parole Stefan Friedman de la New York Beverage Association au New York Times, "L'obsession malsaine du département de la santé de la ville de New York d'attaquer les boissons non alcoolisées les pousse à nouveau au-dessus... Ces propositions zélées ne font que détourner l'attention du travail acharné qui a besoin à faire sur ce front [de l'obésité]. »


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

Au cours des cinq dernières années, la ville a ajouté 350 miles de pistes cyclables, au grand dam de nombreux automobilistes, et plus tôt ce mois-ci, Bloomberg a annoncé son intention d'introduire la première législation du pays visant à éloigner les gens des ascenseurs et des escaliers mécaniques et vers les escaliers.

"Nous devons faire quelque chose de bien", a déclaré Bloomberg lorsqu'il a présenté son plan de montée d'escaliers, attribuant ses changements au fait de donner aux New-Yorkais une espérance de vie plus longue que la moyenne nationale.

Histoires incontournables du L.A. Times

Recevez toute l'actualité la plus importante de la journée avec notre newsletter Today's Headlines, envoyée tous les matins de la semaine.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Tina Susman, originaire d'Oakland, est une ancienne correspondante nationale basée à New York qui a rejoint le Los Angeles Times en tant que chef du bureau de Bagdad en janvier 2007. Elle a fait ses débuts en tant que correspondante étrangère avec l'Associated Press en Afrique du Sud, couvrant la fin de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela. Surnommée par les anciens rédacteurs en chef « le maître du désastre », elle a également travaillé en Afrique de l'Ouest et effectué des séjours en Europe, en Asie et en Haïti. Elle est ravie d'être maintenant dans une ville avec des fonctionnalités originales, des nouvelles non-stop, des téléphones et de l'électricité fonctionnels. Elle a quitté le Times en 2015.


Le maire Bloomberg fait face à un nouveau revers dans l'interdiction des sodas surdimensionnés à New York

Le maire Michael Bloomberg a subi un autre revers mardi dans sa quête pour limiter la taille des boissons sucrées vendues à New York lorsqu'un tribunal a confirmé l'invalidation de la loi par un juge antérieur, mais la ville a déclaré qu'elle continuerait à se battre pour faire respecter la règle.

"La décision d'aujourd'hui est un revers temporaire, et nous prévoyons de faire appel de cette décision alors que nous poursuivons la lutte contre l'épidémie d'obésité", a déclaré Bloomberg après qu'une cour d'appel d'État a statué à l'unanimité que son interdiction des sodas sucrés de plus de 16 onces était une violation de pouvoirs exécutifs.

Cette décision a confirmé une décision rendue le 11 mars, la veille de l'entrée en vigueur des limites. Ils auraient fait de New York la première ville du pays à restreindre les ventes de boissons sucrées de grande taille, ce qui, selon Bloomberg, contribue à une épidémie d'obésité tuant plus de 5 000 New-Yorkais chaque année.

Les boissons sucrées sont le principal moteur de l'épidémie, dit-il.

La décision de mars du juge de la Cour suprême de l'État, Milton Tingling, a été une victoire pour une coalition de groupes, dont des syndicats et l'industrie de la restauration, qui avaient intenté une action en justice pour bloquer l'application après que le Conseil de santé de la ville a facilement approuvé les règlements en septembre dernier.

Tingling a déclaré que la mesure était "chargée d'exceptions" qui rendaient son application "arbitraire et capricieuse". Cela n'aurait affecté que les établissements de restauration réglementés par le Conseil de santé de la ville, tels que les restaurants, les épiceries fines et les stands de concession dans les cinémas et les stades, par exemple.

Les épiceries et les marchés du coin, qui sont réglementés par l'État, n'auraient pas été affectés, ce qui signifie qu'un McDonald's n'aurait pas pu vendre un soda de 32 onces, mais qu'un 7-Eleven de l'autre côté de la rue aurait pu vendre un Big Gulp.

Tingling a également déclaré que le Conseil de santé n'avait pas le pouvoir d'adopter de telles règles et que lui permettre de le faire saperait les limites de l'autorité visant à prévenir les abus de pouvoir.

La cour d'appel a donné son accord mardi.

Bloomberg, qui a fait de l'amélioration de la santé une pierre angulaire de sa mairie, a clairement indiqué qu'il ne reculerait pas sur la question des sodas, l'une des nombreuses initiatives de santé qu'il a introduites au cours de ses trois mandats.

En 2008, New York est devenue la première grande ville à exiger que les grandes chaînes de restaurants incluent le nombre de calories sur les menus. Des lois similaires ont depuis été adoptées ailleurs dans le pays. Il a également réduit l'utilisation de graisses trans artificielles dans les aliments préparés et a interdit de fumer dans la plupart des lieux publics.

In the last five years, the city has added 350 miles of bike lanes, to the chagrin of many motorists, and earlier this month, Bloomberg announced plans to introduce the country’s first legislation aimed at steering people away from elevators and escalators and toward staircases.

“We must be doing something right,” Bloomberg said when he introduced his stair-climbing plan, crediting his changes with giving New Yorkers a longer life expectancy than the national average.

Must-read stories from the L.A. Times

Get all the day's most vital news with our Today's Headlines newsletter, sent every weekday morning.

You may occasionally receive promotional content from the Los Angeles Times.

Tina Susman, an Oakland native, is a former New York-based national correspondent who joined the Los Angeles Times as Baghdad bureau chief in January 2007. She got her start as a foreign correspondent with the Associated Press in South Africa, covering the end of apartheid and the election of Nelson Mandela. Dubbed by past editors “the master of disaster,” she has also worked in west Africa and done stints in Europe, Asia and Haiti. She is thrilled to now be in a city with quirky features, non-stop news, and functioning phones and electricity. She left The Times in 2015.


Mayor Bloomberg faces new setback in NYC super-sized soda ban

Mayor Michael Bloomberg suffered another setback Tuesday in his quest to limit the size of sugary drinks being sold in New York when a court upheld an earlier judge’s invalidation of the law, but the city said it will keep fighting to enforce the rule.

“Today’s decision is a temporary setback, and we plan to appeal this decision as we continue the fight against the obesity epidemic,” Bloomberg said after a state appellate court unanimously ruled that his ban on sugary sodas of more than 16 ounces was a violation of executive powers.

That decision upheld one issued March 11, the day before the limits were to take effect. They would have made New York the nation’s first city to restrict sales of super-sized sugary drinks, which Bloomberg says contribute to an obesity epidemic killing more than 5,000 New Yorkers each year.

Sugary beverages are the key driver of the epidemic, he says.

The March decision by State Supreme Court Judge Milton Tingling was a victory for a coalition of groups, including labor unions and the restaurant industry, which had sued to block enforcement after the city’s Board of Health easily approved the regulations last September.

Tingling said the measure was “laden with exceptions” that made its enforcement “arbitrary and capricious.” It would have affected only food service establishments regulated by the city’s Board of Health, such as restaurants, delis and concession stands at cinemas and stadiums, for example.

Grocery stores and corner markets, which are regulated by the state, would not have been affected, meaning a McDonald’s could not have sold a 32-ounce soda, but a 7-Eleven across the street could have sold a Big Gulp.

Tingling also said the Board of Health did not have the authority to pass such rules and that allowing it to do so would undermine limits on authority aimed at preventing abuse of power.

The appellate court on Tuesday agreed.

Bloomberg, who has made improving health a cornerstone of his mayoralty, has made clear he will not back down on the soda issue, one of many health initiatives he has introduced in his three terms in office.

In 2008, New York became the first major city to require large restaurant chains to include calorie counts on menus. Similar laws have since been adopted elsewhere in the country. It has also slashed the use of artificial trans fats in prepared foods and has banned smoking in most public areas.

In the last five years, the city has added 350 miles of bike lanes, to the chagrin of many motorists, and earlier this month, Bloomberg announced plans to introduce the country’s first legislation aimed at steering people away from elevators and escalators and toward staircases.

“We must be doing something right,” Bloomberg said when he introduced his stair-climbing plan, crediting his changes with giving New Yorkers a longer life expectancy than the national average.

Must-read stories from the L.A. Times

Get all the day's most vital news with our Today's Headlines newsletter, sent every weekday morning.

You may occasionally receive promotional content from the Los Angeles Times.

Tina Susman, an Oakland native, is a former New York-based national correspondent who joined the Los Angeles Times as Baghdad bureau chief in January 2007. She got her start as a foreign correspondent with the Associated Press in South Africa, covering the end of apartheid and the election of Nelson Mandela. Dubbed by past editors “the master of disaster,” she has also worked in west Africa and done stints in Europe, Asia and Haiti. She is thrilled to now be in a city with quirky features, non-stop news, and functioning phones and electricity. She left The Times in 2015.


Mayor Bloomberg faces new setback in NYC super-sized soda ban

Mayor Michael Bloomberg suffered another setback Tuesday in his quest to limit the size of sugary drinks being sold in New York when a court upheld an earlier judge’s invalidation of the law, but the city said it will keep fighting to enforce the rule.

“Today’s decision is a temporary setback, and we plan to appeal this decision as we continue the fight against the obesity epidemic,” Bloomberg said after a state appellate court unanimously ruled that his ban on sugary sodas of more than 16 ounces was a violation of executive powers.

That decision upheld one issued March 11, the day before the limits were to take effect. They would have made New York the nation’s first city to restrict sales of super-sized sugary drinks, which Bloomberg says contribute to an obesity epidemic killing more than 5,000 New Yorkers each year.

Sugary beverages are the key driver of the epidemic, he says.

The March decision by State Supreme Court Judge Milton Tingling was a victory for a coalition of groups, including labor unions and the restaurant industry, which had sued to block enforcement after the city’s Board of Health easily approved the regulations last September.

Tingling said the measure was “laden with exceptions” that made its enforcement “arbitrary and capricious.” It would have affected only food service establishments regulated by the city’s Board of Health, such as restaurants, delis and concession stands at cinemas and stadiums, for example.

Grocery stores and corner markets, which are regulated by the state, would not have been affected, meaning a McDonald’s could not have sold a 32-ounce soda, but a 7-Eleven across the street could have sold a Big Gulp.

Tingling also said the Board of Health did not have the authority to pass such rules and that allowing it to do so would undermine limits on authority aimed at preventing abuse of power.

The appellate court on Tuesday agreed.

Bloomberg, who has made improving health a cornerstone of his mayoralty, has made clear he will not back down on the soda issue, one of many health initiatives he has introduced in his three terms in office.

In 2008, New York became the first major city to require large restaurant chains to include calorie counts on menus. Similar laws have since been adopted elsewhere in the country. It has also slashed the use of artificial trans fats in prepared foods and has banned smoking in most public areas.

In the last five years, the city has added 350 miles of bike lanes, to the chagrin of many motorists, and earlier this month, Bloomberg announced plans to introduce the country’s first legislation aimed at steering people away from elevators and escalators and toward staircases.

“We must be doing something right,” Bloomberg said when he introduced his stair-climbing plan, crediting his changes with giving New Yorkers a longer life expectancy than the national average.

Must-read stories from the L.A. Times

Get all the day's most vital news with our Today's Headlines newsletter, sent every weekday morning.

You may occasionally receive promotional content from the Los Angeles Times.

Tina Susman, an Oakland native, is a former New York-based national correspondent who joined the Los Angeles Times as Baghdad bureau chief in January 2007. She got her start as a foreign correspondent with the Associated Press in South Africa, covering the end of apartheid and the election of Nelson Mandela. Dubbed by past editors “the master of disaster,” she has also worked in west Africa and done stints in Europe, Asia and Haiti. She is thrilled to now be in a city with quirky features, non-stop news, and functioning phones and electricity. She left The Times in 2015.


Voir la vidéo: El alcalde de la ciudad de Nueva York, Michael Bloomberg, héroe o dictador? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Jamahl

    Je me suis joint à tous ci-dessus. Discutons de cette question.

  2. Vallois

    Quelle phrase nécessaire ... l'idée phénoménale et brillante

  3. Zushura

    Peut-être que je serai d'accord avec votre phrase

  4. Kahn

    Soit dit en passant, cette magnifique pensée tombe

  5. Lache

    Désolé de vous avoir interrompu, mais je suggère d'aller d'une autre manière.

  6. Mejas

    Ces informations sont correctes



Écrire un message